18 Février 2015

Le ministre Yves Bolduc doit formellement interdire les fouilles à nu dans les écoles

Québec, le 18 février 2015 – La députée de Pointe-aux-Trembles et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation primaire et secondaire, Nicole Léger, demande au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, d’interdire les fouilles à nu dans les écoles et de clarifier immédiatement les circonstances dans lesquelles des fouilles sommaires peuvent être faites. 

« Les parents du Québec ont appris avec surprise, hier, que la direction de l’école de leur enfant peut le fouiller à nu si elle le soupçonne d’avoir commis un acte contrevenant aux règlements de l’établissement. Je pense que les parents ont été étonnés d’apprendre que cela pouvait se produire sans qu’ils en soient avertis. Pour nous, c’est clair : les parents doivent être avisés. Le cas soulevé hier concernait une jeune fille mineure. Cela n’a aucun sens! », a déclaré Nicole Léger. 

« Encore une fois, hier, fidèle à son habitude, le ministre y est allé d’une déclaration malheureuse. On a eu l’impression qu’il prenait les choses à la légère. Or, aujourd’hui, tous les parents sont troublés et inquiets. Étant donné que dans cette affaire tout est une question de proportions et de moyens, le ministre doit rapidement clarifier la situation », a ajouté la députée.

Trois demandes pour la révision du cadre de référence

Par ailleurs, Nicole Léger a formulé des demandes en vue de la révision prochaine du cadre de référence du ministère de l’Éducation à propos de la présence policière dans les établissements d’enseignement. « On veut que le ministre modifie trois choses : d’abord, il doit interdire nommément les fouilles à nu dans les écoles, pour dissiper tout malentendu. Puis, lorsqu’on procède à une fouille sommaire, les parents du mineur impliqué doivent en être avertis. Enfin, le nouveau cadre de référence devra clarifier les circonstances qui permettent de faire des fouilles sommaires, et ce, de façon concrète et explicite », a-t-elle conclu.