27 Octobre 2014

Le ministre Yves Bolduc n’a que lui-même à blâmer

Mise en demeure à la Commission scolaire des Découvreurs


Québec, le 27 octobre 2014 –
La députée de Pointe-aux-Trembles et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation primaire et secondaire et de persévérance scolaire, Nicole Léger, considère que le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, est le seul responsable de la fâcheuse situation dans laquelle se trouvent les écoles du Québec actuellement.

Ce matin, on apprenait dans Le Soleil que la Commission scolaire des Découvreurs menace d’une poursuite judiciaire une école qui refuse de couper dans l’aide aux devoirs et l’achat de livres.

« Pendant plusieurs semaines, le ministre libéral a affirmé haut et fort que les compressions qu’il a décrétées dans les écoles du Québec ne touchaient pas les services directs aux élèves. Ensuite, il met en tutelle des commissions scolaires qui refusent de lui obéir. Maintenant, les commissions scolaires mettent en demeure des écoles! Au lieu de parler de la qualité de l'éducation à offrir aux enfants, on est dans les procédures juridiques. C'est la faute du ministre Yves Bolduc; il a créé ces situations d’incertitude et doit maintenant en assumer la responsabilité, à la hauteur de ce qu’on attend d’un ministre de l’Éducation », a déclaré Nicole Léger.

Rappelons que début octobre, le gouvernement libéral a appuyé une motion présentée par le Parti Québécois, et reflétant les propos tenus par le ministre depuis des mois, pour que les coupes n’affectent pas les services directs aux élèves.

« Rarement a-t-on vu un ministre agir aussi malhabilement. Yves Bolduc s’est peinturé dans le coin, c’est maintenant à lui de s’en sortir. Chose certaine, il ne peut pas laisser les écoles empêtrées dans ce bourbier; il doit agir rapidement », a conclu la députée de Pointe-aux-Trembles.