8 Février 2016

Nicole Léger soutient les CPE de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est afin de préserver leur mission

La députée de Pointe-aux-Trembles et présidente du caucus de l’opposition officielle, Nicole Léger, ainsi que des membres des directions, des équipes et des conseils d’administration des CPE de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est, se sont rassemblés afin de dénoncer d’une seule voix les coupures du gouvernement libéral dans le réseau des Centres de la petite enfance (CPE) et leurs impacts majeurs pour les familles du quartier.

Réunis au CPE La Porte Ouverte, au lendemain du Grand rassemblement national pour la sauvegarde des CPE qui a mobilisé des milliers de personnes à travers le Québec, les intervenants ont exprimé leurs préoccupations face aux compressions qui s’accumulent. « Le gouvernement doit annuler ses compressions de 120 M$. Il s’agit d’organisations dont la mission première est de veiller au développement de la jeune enfance au Québec et de permettre un meilleur départ et une égalité des chances pour tous nos enfants. Les libéraux sabrent sans justification, sur la base d’analyses comptables, par austérité et par dogmatisme. Ils démantèlent tout un réseau qui fait la fierté des Québécoises et des Québécois », a indiqué Nicole Léger.

La diminution drastique du financement du gouvernement aura des impacts désolants au sein des organisations de la région. « Il n’y a plus de marge de manœuvre. Malgré tous nos efforts pour réduire nos dépenses, optimiser nos effectifs et organiser notre travail, on nous demande de se serrer encore plus la ceinture. Il n’y a plus d’espace ! À notre grand désarroi, malgré toute notre créativité et notre débrouillardise, ces coupes vont entraver la qualité des services dédiés aux enfants, qui n’ont pas à subir l’austérité du gouvernement », a décrié Stéphane Laroche, directeur général par intérim du CPE Palou la Coccinelle.

Les directions craignent également une diminution des conditions de travail et une dévalorisation de la profession d’éducatrice et d’éducateur. « Les coupures vont mener à des réductions d’heures, voire même à des pertes d’emploi. Pourtant, nos organisations n’ont pas de structure superflue. Il s’agit de personnes dévouées au bien-être des enfants qui travaillent avec professionnalisme pour assurer leur développement, leur sécurité et leur éveil au monde. Il est important d’assurer une stabilité aux enfants par des équipes expérimentées, épanouies dans leur travail et reconnues pour leurs compétences. Ce n’est pas l’incertitude perpétuelle qui règne actuellement qui contribue à assurer un climat de travail sain et centré sur nos jeunes », a mentionné Maxime Côté, directeur général du CPE Les petits lutins de Roussin.

Manon Brodeur, directrice générale du CPE Tante Michèle, a tenu à souligner l’inquiétude et la gronde grandissantes des parents. « Le message que le gouvernement envoie aux parents est qu’ils doivent payer plus pour moins de service. Cela est inacceptable ! C’est un abandon total des familles qui font le choix d’un réseau public de qualité, accessible et reconnu. À cela s’ajoute la modulation des tarifs, qui ont grimpé jusqu’à 174% selon les revenus des parents, et qui va frapper de plein fouet bien des gens au moment où ils complèteront leur rapport d’impôts 2015 », a-t-elle ajouté.

La ligne 434

Nicole Léger rappelle que le gouvernement a imposé une augmentation des tarifs en service de garde et que les parents en verront les effets dévastateurs dès cette année, lorsqu’ils rempliront leur déclaration de revenus. « La ligne 434 de la déclaration de revenus symbolise le bris d’une promesse libérale, alors que le premier ministre s’était engagé à limiter la hausse des tarifs à l’inflation. Or, non seulement ceux-ci augmentent, dans certains cas jusqu’à 174 %, mais, en plus, les coupes touchent directement les services. Payez plus cher pour moins de services. Monsieur le Premier Ministre, les familles de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est vous demandent de reculer et d’annuler les coupes de 120 millions imposées aux CPE parce qu’ils constituent une richesse pour le Québec », conclu Nicole Léger.

Les citoyens sont invités à signer la pétition à cet effet sur le site de l’Assemblée nationale du Québec (https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5663/index.html).

Les CPE de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est

La mobilisation regroupe l’ensemble des CPE de Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est : CPE La Porte ouverte, CPE Palou la Coccinelle, CPE Les Petits lutins de Roussin, CPE La Mère Veilleuse, CPE Tante Michèle, CPE Mademoiselle Pluche, CPE La Flûte Enchantée, CPE La Grosse Maison, ainsi que l’organisme 1, 2, 3 Go! Pointe-de-l’Île.