Nicole Léger

Député de Pointe-aux-Trembles

Un plan d'action concerté pour redonner une force à l’Est de Montréal
vendredi 10 mai, 2013
Facebook
Twitter

Regroupant plus d’une cinquantaine de leaders provenant de tous les secteurs d’activité, le Comité de développement de l’Est de Montréal (CDEM) a dévoilé son plan d’action qui vise à promouvoir, consolider et favoriser le développement économique, social et environnemental de l’Est de Montréal par sa prise en charge collective.

Pour la présidente du CDEM, députée de Pointe-aux-Trembles et ministre de la Famille, Nicole Léger, l’aboutissement de ce plan d’action représente bien plus qu’un simple document. « C'est l'effort de femmes et d'hommes qui sont des intervenants-clés dans l'Est de Montréal et qui ont mis en commun leur vision de l'Est de Montréal. Ce sont une cinquantaine d'élus, de leaders et de personnes qui ont travaillé ensemble depuis deux ans pour réaliser un plan d'action audacieux, réaliste et mobilisateur », a-t-elle commenté.

Depuis novembre dernier, les membres du CDEM ont formé cinq sous-comités de travail qui se sont penchés sur les principaux enjeux touchant la région. Animés par les six centres locaux de développement (CLD) de l’Est de Montréal, chaque sous-comité de travail a identifié les axes d’intervention, objectifs et actions porteuses pour dynamiser l’Est de Montréal. « Le fruit de ces travaux nous a permis de préparer un plan d’action pour l’Est de Montréal adopté par l’ensemble des membres du CDEM, et dont les actions nous permettront de mieux consolider nos acquis et de favoriser le développement de l’Est de Montréal. Le fait que tant de gens se soient réunis et aient pris le temps d’en arriver à autant de consensus est tout simplement formidable! », a précisé la conseillère d’arrondissement de Saint-Léonard, Lili-Anne Tremblay.

Cinq principaux enjeux

Dévoilé à l’issue de la 10e rencontre du CDEM depuis sa fondation en avril 2011, le plan d’action se penche sur cinq enjeux qui touchent directement l’Est de Montréal : le transport, les zones industrielles, l’emploi, l’attractivité du territoire et la qualité de vie, ainsi que la décontamination des sols. « Il s’agit là de cinq enjeux fondamentaux pour lesquels tous les acteurs ont su partager leurs préoccupations locales tout en gardant une vision d’ensemble sur les besoins de l’Est de Montréal, ce qui rend le plan d’action à la fois porteur pour l’ensemble, mais aussi connecté aux réalités locales », a souligné la directrice générale de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM), Isabelle Foisy.

Selon la députée d’Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet, il était aussi important que le plan d’action s’articule dans une perspective de développement durable. « Des centaines de milliers de personnes vivent dans l’Est de Montréal et il était important que le plan d’action tienne compte d’eux, de leur environnement et de l’amélioration de leur qualité de vie », a-t-elle indiqué.

En partageant leurs connaissances, les acteurs socioéconomiques travaillent à dresser un portrait juste et actuel de l'Est de Montréal. « Un vent d'optimisme pour les industriels. Siégeant à la table, je suis témoin de cette volonté de mise en commun des stratégies de développement. Fini le travail en silo dans l'Est, cette vision commune ouvre des opportunités. Il faut bien se connaître pour bâtir sur ses avantages, profiter de l'écologie industrielle pour consolider ceux qui y sont déjà et attirer des investisseurs potentiels. Un investisseur bien conseillé sera heureux de s'établir dans l'Est pour longtemps », a déclaré le président de l'Association industrielle de l'Est de Montréal (AIEM) et directeur général de Chimie ParaChem, André Brunelle.

Maintenant que les leaders de l’Est ont convenu ensemble des enjeux prioritaires, des axes d’intervention et pour mener à termes le plan d’action, les sous-comités de travail solliciteront la participation active d’experts, d’acteurs socioéconomiques, d’entrepreneurs et d’organisations pour permettre de contribuer au développement de l’Est de Montréal. « Ce pland’action concerté constitue déjà une excellente réalisation des acteurs de l’Est et cette mobilisation doit demeurée active puisque le plus grand nombre possible d’acteurs seront appelés à sa réalisation. Ils devront mettre à profit leurs connaissances et compétences pour relancer l’Est de Montréal », a estimé la directrice générale de la Société de développement économique Rivière-des-Prairies•Pointe-aux-Trembles•Montréal-Est, Annie Bourgoin.

Le CDEM en bref…

Le Comité de développement de l’Est de Montréal a pour mission de promouvoir, consolider et favoriser le développement économique, social et environnemental de l’Est de Montréal par sa prise en charge collective. Il a été formé en avril 2011 à la suite d’une mobilisation des acteurs socioéconomiques et politiques de l’Est de Montréal (territoires d’Anjou, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Est, Montréal-Nord, Pointe-aux-Trembles, Rivière-des-Prairies, Rosemont et Saint-Léonard) afin de faire de l’Est une région forte, fière et concurrentielle.

À DÉCOUVRIR